Tobo : le magazine numérique hebdomadaire des enfants

En bref

ToboTobo (Bayard) est un magazine numérique interactif hebdomadaire pour les enfants. Avec deux versions : 3-6 ans et 7-10 ans.

Âge repère : de 3 à 10 ans – Niveaux scolaires : N/A

Note : 4,5 étoiles

Prix normal : 0 € – Achats intégrés : 3 € par mois et par magazine
iPadiPhoneLite gratuiteAndroid

>>>> on recommande :)


Plus de détails

Le successeur attendu de Toboclic et Mobiclic !
Un magazine numérique pour la classe ?

Vous ne pouvez pas savoir combien de fois on m’a demandé si je connaissais l’équivalent des CD-Rom Toboclic et Mobiclic pour la tablette. Des centaines, voire des milliers de fois. Je répondais que « non », mais qu’en attendant il y avait Bayam, un univers d’exploration pour les enfants existant en deux versions (3-7 ans et 7-11 ans) et reprenant pas mal de contenus similaires ou semblables à ceux proposés par les magazines CD-Rom.
Aussi, je ne vous explique même pas mon impatience quand, fin août 2015, j’ai vu débarquer Tobo sur les stores (iOS seulement pour le moment) !! Sauf que… ça ne marchait pas (pour moi en tous les cas). Jusqu’à cette semaine, où j’ai enfin vu apparaître les magazines !

Comment ça marche ?
Il faut commencer par s’abonner, et l’abonnement n’est disponible que via le web au prix de 3 euros par mois pour un des deux magazines. Il est également offert 3 mois avec la plupart des abonnements proposés par Milan (mais pas avec ceux de Bayard, qui proposent un abonnement à Bayam). Enfin, une offre d’essai d’un mois (4 numéros) est également disponible sur le site.

Alors, à quoi ça ressemble, Tobo ?
Pour ma part, j’ai donc vu débarquer dans mon appli les Tobo 3-6 n° 3, 5 et 6 (et donc ni le 1, ni le 2) et le Tobo 7-10 n°5. Découvrons-les ensemble.

Tobo 3-6

  • une mascotte, Titigre, pour accompagner et guider l’enfant dans le magazine et l’inciter à la découverte
  • un documentaire animé et commenté pour découvrir le monde (exemples : la caserne des pompiers, le château fort, pipi caca et crottes de nez)
  • une comptine animée, avec les paroles pour chanter aussi (exemples : Five Little Monkeys, Il court il court le furet, Il pleut il mouille)
  • une bande dessinée, entièrement lue et sonorisée, avec mise en surbrillance des phrases lues au rythme de la lecture (exemples : Avni : la rencontre, Avni : c’est fait, Avni : Léon le caméléon)
  • un jeu (exemples : trouver le mot qui ne commence pas par une lettre donnée, trouver 7 erreurs (visuelles ou sonores) entre deux scènes animées, reconstituer un puzzle (6, 12 ou 20 pièces)

Tobo 7-10

  • une mascotte, Kimiko, pour accompagner et guider l’enfant dans le magazine et l’inciter à la découverte
  • une actu internationale commentée (exemple : le Harvest festival des jardiniers britanniques)
  • un documentaire animé et commenté pour comprendre le monde (exemples : le gaz de schiste)
  • une bande dessinée (exemples : Eddy Milveux : attention, blatte magique)
  • un défi (exemples : imaginer une scène de crime à l’aide de ses peluches)
  • un petit test pour s’interroger sur soi-même (exemples : la mode)


Les options disponibles

> Tobo est également disponible sur le web.

On aime

> Le format hebdomadaire, mieux adapté aux enfants que l’ancien format mensuel de Mobiclic et Toboclic.
> Les 4 rubriques de Tobo 3-6, bien adaptées aux petits.
> Le travail subtil entre divertissement et pédagogie, notamment dans les jeux et la découverte.
> La qualité (qu’on retrouve) des documentaires animés.
> Le défi, sympa pour inciter les enfants à créer et interagir avec le magazine.

On aime moins

> Vu qu’on était abonnés à Toboclic et / ou Mobiclic depuis 2004, on peut comparer.
> Côté Toboclic (pour les plus jeunes), on adorait le grand récit de Bizou ou l’activité de Zaza, qu’on ne retrouve pas, et il n’y a pas photo, la découverte de Zéphyr ou le jeu de Bétiz avaient généralement plus d’ambition que les petites rubriques de Tobo 3-6. Mais Toboclic était mensuel. Trouver l’équilibre n’est pas facile, mais il serait peut-être possible de conserver, pour chaque rubrique, un contenu ambitieux par mois, par exemple.
> Côté Mobiclic (pour les plus grands), il faudra refaire le bilan sur un mois pour être juste, mais on constate évidemment la disparition de l’anglais (Bayard-Milan prépareraient-ils un emag en anglais ?), de l’activité d’écriture (et clairement, pour le moment, le défi n’a rien à voir), des blagues, des devinettes, du quiz de connaissances (à voir sur un mois cependant). Côté documentaires, il y en avait entre 3 et 4 par mois, donc le rythme pourrait rester le même, et on n’a pas testé suffisamment de numéros pour donner un avis complet. On espère simplement retrouver, au moins une fois par mois, un contenu réellement ambitieux.
> L’application est entièrement vide quand on la télécharge et ce n’est franchement pas très sympathique. Un exemplaire gratuit de chaque emag, histoire de permettre la découverte, ça serait du marketing pas idiot, non ?

L’avis de Déclickids

Après ses excellents magazines CD-Rom mensuels, Bayard-Milan tente de passer à l’étape suivante avec deux magazines numériques hebdomadaires, calés sur les âges scolaires des enfants (maternelle et primaire, probablement pour profiter de l’irruption du numérique dans les programmes scolaires et être en mesure de proposer des abonnements aux classes). La proposition est chouette, avec des contenus de qualité, intelligents et ludiques, bien réalisés et sans fausse note. Mais on espère le maintien d’une certaine ambition, notamment pour les documentaires interactifs, qui faisaient clairement la force du format précédent.

L’avis d’Ulysse

Bon, moi, pour le moment, je ne me prononce pas. Je suis en plein deuil du magazine qui m’accompagne depuis que j’ai 3 ans :(

En vidéo





Pour résumer

ToboTobo (Bayard) est un magazine numérique interactif hebdomadaire pour les enfants. Avec deux versions : 3-6 ans et 7-10 ans.

Âge repère : de 3 à 10 ans – Niveaux scolaires : N/A

Note : 4,5 étoiles

Prix normal : 0 € – Achats intégrés : 3 € par mois et par magazine
iPadiPhoneLite gratuiteAndroid

>>>> on recommande :)

repéré ou écrit le 27 août 2015 – mis à jour le 2 octobre 2015

, , , , , , , , , ,

One Response to Tobo : le magazine numérique hebdomadaire des enfants

  1. anne 17/12/2015 at 21:48 #

    Nous avions mobiclic ma soeur, puis ma fille, puis mon fils. Bref de longues années de plaisir, de contenu d’excellent niveau, et de fidélité.
    Dernier renouvellement d’abonnement : janvier 2015. Aucun commentaire de la personne au téléphone lors de la contraction de ce renouvellement.
    Et puis, en juin, pas de mobiclic. Et en juillet non plus. Et plus de mobiclic.
    Et on nous apprend quand nous finissons par nous inquiéter et téléphoner, que ce magazine cdrom a été purement et simplement supprimé, au mépris total des engagements d’abonnement pris, san même finir les abonnementds en cours, sans nous donner le moindre choix, et sans dédommagement. Et quand nous ne sommes pas contents, nous sommes les emmerdeurs……mais quand même clients depuis plus de 15 ans sans jamais avoir réclamé quoi que ce soit, mais ça, c’est balayé d’un revers de main par ces gens de peu de scrupule…
    Bon. Voyons le nouveau « produit » (car il s’agit bien de ça).
    D’abord, on ne le reçoit pas dans la boite aux lettres. On n’ouvre pas le paquet fébrilement pour voir quelle tête il a cette fois ci. Dommage. Ça faisait partie du plaisir.
    ET puis il faut internet. Qui va suffisamment vite.
    Donc on change notre abonnement internet.
    (Mais ça la personne au téléphone a considéré que nous étions surement les seuls… je ne sais pas dans quel monde elle vit. En tous cas pas dans celui de l’attention aux personnes).
    Bon et maintenant on a vu tous les magazines en retard. Enfin mon fils en a vu 4 ou 5. Parce qu’il ne veut pas les faire. C’est plus court, moins intéressant, anecdotique, pas ambitieux, sans grand intérêt en fait…bref, rien à voir avec mobiclic… IL dit « c’est nul ».
    Il refait en boucle tous ses « anciens » mobiclics et ceux de sa soeur.
    Donc l’amère sentiment d’avoir été trompés, trahis, le dispute avec celui d’avoir été abandonné par ce magazine hors norme, formidable, passionnant.
    Quel gachis.

Laisser un commentaire