« Les écrans, le cerveau et l’enfant », ou comment aider les enfants à apprendre dans un monde d’écrans et de connexion

 

les enfants, le cerveau et l'enfant

 

La conférence de presse et la conférence-débat du 22 janvier dernier à l’académie des sciences étaient organisées non seulement pour présenter l’avis de l’Académie des sciences (dont nous avions alors tiré toute une série de réflexions), mais aussi et peut-être surtout le module pédagogique destiné aux enseignants du primaire, Les écrans, le cerveau et l’enfant, un ouvrage conçu, réalisé et publié par la fondation La main à la pâte.

 

Les écrans le cerveau et l'enfant

Plus qu’un simple ouvrage, il s’agit là d’un véritable dispositif, avec :

  • un livre papier disponible en librairie (19 €)
  • un site internet dédié, permettant de :
    • commander l’ouvrage,
    • consulter sa version numérique
    • télécharger les 22 séances d’activités « clés en main » à réaliser en classe, du CP au CM2, mais aussi d’accéder à des vidéos, à des animations, et à un forum d’échanges.

 

22 séances pédagogiques « clés en main », pourquoi faire ?

L’objectif de ces 22 séances est de permettre aux enseignants du primaire d’aider leurs élèves à explorer les fonctions cérébrales sollicitées par les écrans (jeux vidéo, télévision, tablettes, etc.), afin de mieux comprendre des notions comme la perception, l’attention ou la mémoire par exemple, et de construire avec eux leurs capacités à s’auto-réguler en toute connaissance de cause.

Le site, gratuit, ne nécessite qu’une simple inscription préalable, et donne aux enseignants accès à l’ensemble du dispositif pédagogique (poster en pdf) :

  • L’ensemble des séances pédagogiques à réaliser en classe, du CP au CM2, thématisées, organisées, reliées et séquencées, décrites dans les moindres détails (durée, matériel, objectifs, compétences travaillées, déroulé détaillé, notes pédagogiques, notes scientifiques, traces et prolongements possibles) ;
  • L’ensemble des fiches documentaires, disponibles au format pdf imprimable, mais aussi dans un format image jpg de bonne qualité (images assemblées ET images individuelles) afin que les enseignants puissent s’approprier les différents éléments de ces fiches documentaires et les retravailler à leur manière (fiche de travail, support tbi, etc.) ;
  • Les 6 vidéos et animations nécessaires au déroulé de certaines séances (à visionner en ligne ou à télécharger) ;
  •  Un glossaire des termes utilisés ;
  • Une excellente bibliographie.

 

Exemple : la séance initiale

 

 

22 séances pour faire le tour de son cerveau

Les 22 séances offertes permettent d’aborder, par exemple et entre autres, les points suivants :

1 – Mieux comprendre comment nous percevons le monde, avec ou sans écran

Expérimenter et comprendre :

  • Comment la vision et l’audition coopèrent quand on interagit avec les contenus multimédias ;
  • Comment les images peuvent faire surgir des souvenirs ou éveiller des sensations (saveurs, odeurs, etc.) ;
  • Comment fonctionne l’animation, qui repose sur une illusion de mouvement induite par la succession rapide d’images légèrement différentes les unes des autres ;
  • Comment fonctionne la 3D, qui repose sur une illusion de profondeur induite par la superposition de deux images destinées chacune à un œil ;
  • Comment le cadrage d’une image ou d’un plan animé peut donner l’impression d’être le personnage qui agit dans l’écran ;
  • Comment la taille relative des objets et des personnages à l’écran peut donner créer des effets de distance ou de perspective.

Comprendre comment nous percevons le monde

2 – Mieux comprendre comment fonctionne notre attention, avec ou sans écran

Expérimenter et comprendre :

  • Ce qu’est l’attention, qu’elle soit dirigée volontairement ou accaparée par un objet ou un événement ; ce qu’est la distraction ;
  • Les limites de l’attention, et notamment la difficulté à mener deux tâches en même temps surtout sans erreur ; la possibilité d’automatiser certaines tâches, libérant ainsi à nouveau l’attention ;
  • La rapide automatisation de certains gestes, et dès lors la difficulté qu’il y a à inhiber les automatismes créés.

Attention focalisée et attention diviséeDifficile d'inhiber un automatisme

3 – Mieux comprendre nos émotions, ce qui les provoque et la manière dont elles s’expriment, avec ou sans écran

Expérimenter et comprendre :

  • Ce que sont les émotions, leurs fonctions et leur expression, pour un individu ou dans un groupe ; que les émotions passent avant tout par l’expression du visage et le ton de la voix, qui peuvent être absents lors des échanges via un écran ; que le risque de faire mal à un interlocuteur est plus grand à travers un écran, justement parce qu’on ne voit pas ses émotions ;
  • Que les écrans provoquent toutes sortes d’émotions, via le scénario, les images, les sons, la musique ; qu’il ne faut pas oublier que « ce n’est pas la réalité ».

Communiquer les émotions

 

4 – Mieux comprendre les différentes formes de communication, avec ou sans écran

Expérimenter et comprendre :

  • Que nous utilisons de nombreux moyens pour communiquer : langage, postures, regard, mimiques, signes, écritures, codes, etc. ;
  • Que les éléments non verbaux qui accompagnent la communication permettent d’enrichir et de clarifier les messages ;
  • Que les écrans nous permettent de communiquer à grande distance instantanément, et donc d’apprendre, d’échanger et de collaborer, mais que ce mode de communication nécessite aussi de de la vigilance pour ne pas  partager plus que ce qu’on le désire (pseudo, paramétrages, protection de sa vie privée et de celle des autres) et pour ne pas être trompé.

Nous n'utilisons pas que les mots pour communiquer

 

5 – Mieux comprendre comment nous percevons le temps qui passe, avec ou sans écran

Expérimenter et comprendre :

  • Que le temps ne se déroule pas à la même vitesse dans la réalité et dans un film, un jeu vidéo ou un dessin animé ; que le temps, quand il est montré à l’écran, peut être facilement accéléré ou ralenti pour mieux « raconter l’histoire » ;
  • Qu’il est très difficile d’estimer le temps qu’on passe à faire quelque chose, et notamment quand on s’amuse, et tout particulièrement devant un écran.

Il est difficile d'évaluer le temps passé à faire quelque chose

 

6 – Mieux comprendre l’importance du sommeil

Expérimenter et comprendre :

  • Que le sommeil est un besoin physiologique qui varie avec l’âge ; que le manque de sommeil a des conséquences négatives, notamment sur les capacités d’attention, de concentration et d’apprentissage ; que certaines substances peuvent altérer la qualité du sommeil ;
  • Que les écrans regardés le soir peuvent retarder l’endormissement.

Dormir est essentiel pour le cerveau et l'apprentissage

 

7 – Mieux comprendre comment nous construisons et enregistrons nos souvenirs, personnels ou collectifs, avec ou sans écran

Expérimenter et comprendre :

  • Comment la mémoire se construit, à la fois individuellement (récit de vie, souvenirs personnels) et collectivement (souvenirs communs, connaissances partagées) ; comment nous aidons notre mémoire grâce à différents supports (écrits, photos, vidéos, enregistrements sonores, collections, etc.) ; qu’en fonction des différents supports, on peut « enregistrer » différents types de souvenirs ou de connaissances, mais aussi contrôler (ou non) la copie, l’effacement et le partage ;
  • Qu’il existe deux sortes de mémoire, à court terme et à long terme ; qu’il est possible de construire et d’entraîner ses propres stratégies de mémorisation (répétitions, procédés mnémotechniques, palais de mémoire).

 

8 – Mieux distinguer le réel de l’imaginaire, avec ou sans écran

Expérimenter et comprendre :

  • Que certaines choses relèvent du réel, même quand on ne peut pas les appréhender (ex : les dinosaures) et d’autres de l’imaginaire (ex : les dragons) ;
  • Que les écrans permettent, notamment grâce au montage et aux trucages, de créer des situations virtuelles mais plus ou moins réalistes.

 

9 – Mieux comprendre comment nous bougeons devant un écran

Expérimenter et comprendre :

  • Que l’activité physique devant un écran est faible ; que l’équilibre et la santé nécessitent de bouger, de se détendre, et de faire du sport… ailleurs que devant un écran.

 

10 – Mieux comprendre notre cerveau

Expérimenter et comprendre :

  • Ce qu’est le cerveau ; comment il est constitué ; quelles sont ses grandes zones et ses grandes fonctions ; comment on peut l’observer, y compris en activité.

 

11 – Et enfin, écrire collectivement sa propre « charte de bonne utilisation des écrans »

 

Les auteurs

Elena Pasquinelli (chercheur en philosophie des sciences cognitives au laboratoire Jean Nicod (ENS CNRS-EHESS) et chargée de mission à la Fondation La main à la pâte), Gabrielle Zimmermann (doctorante au Museum national d’Histoire naturelle et chef de projet à la Fondation La main à la pâte), Anne Bernard-Delorme, docteur en médecine, ancien chercheur à l’Inserm, chargée de mission à la Fondation La main à la pâte), Béatrice Descamps-Latscha (docteur en médecine et directeur de recherche honoraire à l’Inserm, responsable de l’éducation à la santé à la Fondation La main à la pâte).

, , , , , , ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. Ressources | Pearltrees - 23/05/2013

    [...] "Les écrans, le cerveau et l’enfant", ou comment aider les enfants à apprendre dans un… [...]

  2. Synthèse du colloque « Enfants Mut@ants » | Ortho & Co. - 04/11/2013

    […] sur les écrans, le cerveau et l’enfant. Nathalie de DeclicKids en avait fait un article très intéressant sur son site il y a déjà quelques mois que je vous encourage à lire si vous êtes enseignant du […]

Laisser un commentaire

Assisted by App Store Assistant